U̶N̶O̶R̶T̶H̶O̶D̶O̶X̶, ôde à la liberté

Vous avez déjà vu U̶N̶O̶R̶T̶H̶O̶D̶O̶X̶E̶, la nouvelle série Netflix ?
Hier soir, je me suis laissée tenter, et j’ai tout simplement adoré, malgré quelques raccourcis et clichés … Mais quand on aime, on ne compte pas.
Quelques mots sur la série qui vous donneront peut-être envie de la voir d’une traite, d’une seule… 😉

Tirée du célèbre roman éponyme de Déborah Feldman, la toute nouvelle série Netflix  (sortie le 26 mars dernier) réalisée par Eliran Malka fait le buzz.

Certes le pitch, une jeune juive ultra-orthodoxe, Etsy, s’évade de sa communauté fermée de Satmar à Williamsburg à Brooklyn pour découvrir et se découvrir à Berlin, pourrait en décourager certains, mais pour ceux qui se laisseraient séduire par leur curiosité,  U̶N̶O̶R̶T̶H̶O̶D̶O̶X̶ risque de surprendre par la finesse de la réalisation, une narration fluide, dynamique et aérienne, un jeu d’acteurs remarquable de justesse, et par dessus tout, une lumière qui colore chaque image, chaque plan d’une tonalité poétique qui émeut et captive. La force romanesque suggérée par le Directeur de la Photographie, Yaron Scharf, transcende ce drame de l’émancipation individuelle en véritable parcours initiatique de la conquête de soi, non pas comme une renaissance mais comme une naissance douloureusement silencieuse dans une vie emplie de mélodies enivrantes.

Plus qu’une histoire de fuite et de quête de liberté, U̶N̶O̶R̶T̶H̶O̶D̶O̶X̶ offre à voir l’humain au stade de découverte natale, tant bousculé qu’émerveillé par le commun. Shira Hass (Etsy) subjugue par sa rage pudique d’exister et de trouver sa voix, sa tonalité, juste et pure. Entière de sa personne, elle se dévoue avec convictions à donner le meilleur d’elle-même dans un monde hassidique, peint comme fermé et obtus, au sein duquel elle cherche sa place en vain. Bien que née et immergée dans cet univers clos et autocratique, sans connaître ce monde au-delà de l’érouv (file délimitant la zone de la ville dans laquelle il est possible d’accomplir des activités normalement interdites les jours de chabbat et de yom tov) elle capitule à jouer son rôle, à prétendre à toute forme d’épanouissement personnel profond.

Mais, tout sonne faux ! Et le spectateur réalise en même temps que son héroïne l’évidente vérité qui la terrasse de culpabilité. Pourtant, sa naïveté ne la trahira pas, car elle saura reconnaître avec honnêteté le point de non retour, celui qu’elle n’aurait osé envisager malgré une conviction alarmante qui l’habite depuis toujours : « je suis différente des autres filles » confiera-t-elle sans pouvoir l’expliquer à son futur époux au cours de leur présentation, leur 1er chidoukh. A Berlin, on avance timidement dans une ville ouverte sur la nature, une ville moderne, dynamique, artistique, accueillante, et surtout profondément humaine. Le tour de maître d’Eliran Malka est de parvenir à établir la connexion entre nous, spectateur lambda, et Etsy, puissante de grâce authentique.

Si la mini-série Allemande (seulement 4 épisodes qui donnent l’impression d’un long métrage) captive et émeut, elle peint l’enfermement de la société Satmar, rangée à part des courants juifs-orthodoxes. Le risque serait peut-être d’évoquer une forme de généralisation en laissant penser que le monde religieux juif ressemblerait inéluctablement à ce que tout libéral pourrait percevoir comme « obscurantisme dangereux ».

Chez Etsy, jamais il n’est question de remettre en doute l’existence de D. ou le judaïsme, mais seulement de s’octroyer une place pour exister. Les interrogations qu’elle adresse à son nouvel environnement viennent bousculer les nôtres et nous invite à la réflexion.

Extrait youtube

Commander le roman éponyme

Post du 29 mars 2020 (origine version 1.0 Wix du blog)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s