Coup de gueule : NON à la reprise de l’école en Mai #confinement #J42 / mise à jour #J49

En Israël, les seuls beit sefer (écoles primaires) ouvriraient le 3 mai. Vraiment ?

On va passer du confinement au dé-confinement total du jour au lendemain. Et si on refuse de mettre nos enfants à l’école, on va les pénaliser et les priver de leur vie sociale en les mettant en marge de la société.

Je refuse d’être le cobaye de cette décision qui résulte du seul intérêt économique.
Laisser le choix aux personnes devant mettre leurs enfants à l’école pour retrouver une parnassa si vitale, puisque le pays n’aura pas aidé les plus démunis dans cette situation de crise, est une chose que je comprends complètement. Et cette décision devrait être appliquée avec des mesures très strictes. Mais on doit avec le choix ! Et l’Etat devrait aider les personnes au chômage coronovarien, plutôt que de les obliger à agir contre leur volonté!

On commence à comprendre que la maladie atteint le système vasculaire et le cerveau, et ce, sans distinction entre les enfants et les adultes. Comment pourrais-je alors laisser une enfant épileptique reprendre le chemin de l’école ? Comment pourrais-je laisser mon 2e retourner dans une école haredi où tout le corps enseignant vient de bnei brak, foyer de contamination le plus important d’Israël.

On n’est pas schizophrènes, ni des moutons qui doivent acquiescer à tout et son contraire du jour au lendemain sans avoir le droit à la parole, à la seule liberté de penser. Il nous reste encore ça, non ?!

Moi aussi, j’ai envie de reprendre une vie normale, de voir l’économie être relancée, mais il devrait y avoir des étapes préliminaires avant de remettre les écoles en route. D’autant, qu’en Israël, ils autorisent seulement les classes d’Aleph, Beth et Guimel à ouvrir leurs portes. En clair, ça veut dire quoi ?

Les enfant entre 6 et 9 ans seraient-ils les seuls à être épargnés par le virus ?? Un peu de sérieux tout de même ! Je suis encore consternée par cette décision totalement burlesque de l’Etat qui nous prend pour des mollusques ! Beaucoup de pédiatres de renom que je respecte insistent sur la nécessaire prise de recul face à l’émergence de cette maladie inflammatoire KAWASAKI causée « peut-être » semble-t-il par le virus Covid-19. « On n’en meurt pas » rassurent-ils « si les symptômes sont identifiés rapidement » …. Perso, ça ne me rassure pas, et même si nos enfants n’en succombent pas, rasveshalom, qui a envie de prendre le risque de voir son petit souffrir autant et tout court d’ailleurs ?

Comment croire les pays du monde entier qui mentent pour la majorité sur le nombre de contaminés et de morts et les tranches d’âge concernées. Il est question de politique et d’économie avant toute chose. Personne n’est dupe de la désinformation générale et des manoeuvres politiques, et ce, quel que soit le régime en place.

J’exprime juste un ras le bol de ce mensonge mondial et refuse d’être, à titre personnel, réduite à un chiffre supplémentaire sur un tableau de statistique. La seule vérité est que l’on sait peu de choses, et seul le temps nous mènera à une identification précise de la maladie et de ses répercutions à venir (Immunité ? Réactivation de la maladie ? Mutation de quelle nature ?). En toute logique, il semble que tant que l’on n’obtiendra pas de vaccin, nos populations seront en danger. L’évidence est que l’on doit s’adapter (comme toutes les autres espèces menacées) ; et non s’obstiner à vouloir reprendre le cours de nos vies d’avant. Sans vaccin, pas de retour à la « normalité ». On ne peut aborder le sujet en prenant en compte un seul pendant qu’il soit économique, sanitaire ou tout autre… mais l’ensemble. Et je suis sûre que notre monde compte des génies qui sauront trouver des solutions justes et adéquates… Bezhatachem.

Il me semble évident que nous aurions dû envisager le port du masque obligatoire depuis le début de la crise. Nous avions le recul face à l’expérience tragique de la Chine. Nous pouvions anticiper. L’être humain, toutes confessions confondues, n’en finira-t-il donc jamais de croire que le malheur des uns ne peut faire le sien ? Cette mesure sanitaire simple du port du masque, jumelée à la fermeture des espaces aériens, aurait pu empêcher un confinement redoutable pour tous.

Encore cette manifestation, hier soir sur Kikar Rabin (5e en 10 jours), qui a coûté du fric, beaucoup trop … (musique avec spots de lumière, mise en scène ; ça une manifestation ??) ; alors que des gens n’ont plus de travail, sont contraints au vol pour manger. C’est un scandale !!!

BH, notre pays compte tant d’associations qui se démènent à venir en aide aux plus démunis. Mais ça ne suffit pas, et ceux qui aident, subissent la crise également !!!! Il en va du ressort de l’Etat d’aider les personnes touchées par la crise. Mais le gouvernement n’a rien prévu, si peu… et les mishadim (bureaux) refusent les allocations au chômage aux personnes qui n’ont pas eu de déclaration en 2018 par exemple et pour n’en citer qu’un. Donc une mère de famille (ou tout autre) qui a travaillé en 2019 en Osek Patouh et subit la crise de plein fouet ne peut rien obtenir. Pas une seule aide. Est-ce normal ??

Israël a besoin d’une révision de son modèle politique en profondeur et à commencer par son mode de scrutin qui a prouvé avoir atteint ses limites. Arrêtons de jouer aux simples d’esprit en croyant que tout ce que fait Israël est extraordinaire (oui, oui beaucoup de choses le sont quand même, ce n’est pas moi qui vous contredirai). Je ne critique pas ici la terre qu’Hachem nous a offerte que l’on soit bien d’accord. On peut encore avoir un semblant d’esprit critique et penser sans être fustigé de « juif indigne » ou de « non méritant à la nationalité israélienne » (« t’as qu’à retourner en France si t’es pas content » entend-t-on si souvent dès que quelqu’un ose dire que le système politique et économique est quelque peu archaïque ; comme si les seuls personnes « born and raise in israël » avaient le droit à ce chapitre ; quelle fatigue cet apartheid entre israéliens).

Vivre en Israël, avec pour concitoyen la Diaspora, n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Et c’est parce qu’on aime Israël, qu’on lui veut du bien, le meilleur, qu’on souhaite voir notre pays avancer, évoluer vers le tova (problème étant qu’on voit pas tous le tova au même endroit).

Toujours est-il, qu’en ce moment, le gouvernement israëlien nous joue une grossière comédie de boulevard aux accents tragi-comiques. Bibi était pourtant bien parti pour gérer cette crise d’une main de fer, mais on sait tous qu’il n’est pas seul à décider et que la raison économique prend le dessus sur le reste.

Je sais bien que ce n’est pas la petite mère de famille franco-israélienne qui y changera grand chose (mes enfants et moi ne sauront jamais considérés comme des israéliens de la part de nos concitoyens (tout au plus mes petits enfants sdv)), mais je vis dans ce pays, je suis heureuse et souffre à m’adapter, j’ai accepté ce pari fou de repartir de 0 à 34 ans, par sionisme, par conviction, par croyance, par amour pour mes enfants. Je veux bien me sacrifier pour mes descendants, mais personne ne m’enlèvera mon droit de penser ni d’exister sur la terre d’Israël.

Mes enfants ne reprendront pas le chemin de l’école en mai prochain.

Et vous ? Que ferez-vous ? Si tant est que vous puissiez avoir le choix… On devrait avoir le choix !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s