יום הזיכרון לחללי מערכות ישראל ולנפגעי פעולות האיבה

« Pᴀʀᴄᴇ ǫᴜᴇ ᴄʜᴀǫᴜᴇ ɪɴᴅɪᴠɪᴅᴜ ᴀ̀ ᴜɴ ɴᴏᴍ » est-il inscrit dans la pierre au Mémorial des Soldats à Har Herzl.

Le Mémorial compte à ce jour plus de 23 600 noms et regroupe les personnes décédées en service : Tsahal (l’armée), la police, le Mossad (les services secrets extérieurs), le Chabak (les services secrets intérieurs) et le Chabass ( service des prisons).

Ici, chacun de nous est touché de près ou de loin par la disparition d’un être aimé, d’un bneï Israël, parce que l’enfant de la voisine est aussi notre enfant, parce que notre enfant est aussi l’enfant des autres.

Ici, le pays s’est construit et prospère grâce à la force et au courage de nos héros sans lesquels Israël ne tiendrait pas debout, fier, humble et reconnaissant envers Hachem.

Ici, la tristesse, la douleur font parties de l’ADN de notre pays et redonnent à la joie ses véritables lettres de noblesse. Connaître la valeur de la vie a un prix. Devenir israélien n’est pas sans conséquences.

Ici, personne n’a la droit de perdre son temps, qui sait ce qu’il pourrait advenir dans les prochaines minutes.

Ici, chacun sourit, mais avec le yeux grands ouverts à l’affût du détail qui pourrait bouleverser sa vie.

Ici, le combat pour la survie de notre peuple et de son identité juive est permanent.

Ici, tout le Am Israël ne fait qu’un à chaque seconde qui s’écoule dans nos veines. Il n’y a pas de douleur plus ou moins forte qu’une autre. Il y a la Douleur qui demeure notre fardeau et notre héritage.

Ici, l’Amour est notre Hatikva (espérance). Il se raconte dans chaque rire d’enfant, dans chaque action de hesed (amour loyal, bonté) et de compassion pour l’autre, ce frère, cette soeur que l’on aime comme soi-même.

Ici, la sonnerie retentit pour accueillir nos larmes et nos prières et nous rappeler à jamais qu’Israël survivra que si et seulement si :
« ֹלא תִ קֹּם וְ ֹלא תִ טֹּר אֶ ת בְ נֵי עַ מֶ ָך וְ ָאהַ בְ תָּ לְרֵ עֲָך כָּמוָֹּך אֲ נִי ה' »
« Tu ne te vengeras pas ni ne garderas rancune vis-à-vis des enfants de ton peuple, et tu aimeras ton prochain comme toi-même, Je suis l’Eternel. » ויקרא Vayikra 19,18.

Ce soir, on essuiera nos larmes pour fêter les 72 ans de l’Indépendance d’Israël, Yom Hatsmaout, rendue possible grâce à nos héros, nos frères et soeurs.

Barouh Dayan Haemet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s