#nocomment Ooooooooo, si si, juste un petit

#nocomment Ooooooooo si juste un petit

Un recueil de nouvelles de #Zweig que je ne connaissais pas.

Un titre étrangement d’à propos

Bref, un petit Zweig trouvé à la seule, l’unique, la merveilleuse librairie Française de TLV #librairiedufoyer que j’aime et que j’adoreeeee !

#lemondesanssommeil

Une couverture qui fait écho à mes nuits qui, depuis Mars dernier, ne sont pas plus belles que vos jours.

Sans faire exprès, parmi tous les livres lus depuis le confinement, 3 parlaient de notre rapport à la guerre, le caractère héroïque qui sommeille en chacun de nous pour se réveiller au moment vital de la lutte pour la survie… sans oublier l’inutilité des guerres qui sacrifient des hommes comme de la chair à pâté enveloppée dans un joli papier cadeau sur lequel les mots POUR MA PATRIE clignotent comme les néons d’une station service sur une autoroute déserte en pleine nuit.

Bon voilà, plus de 1 300 cas atteints de la Covid-19 chaque jour depuis presque une semaine. Un Mishad Habriout (Ministère de la Santé) qui déclare officiellement avoir perdu le contrôle ; des gens qu’on connaît qui tombent malades, se retrouvant, pour certains, seuls chez eux ; des histoires affreuses qui commencent à s’ébruiter, et qui viennent nous dire que finalement c’est aussi grave pour les enfants que les adultes et les vieilles personnes malades ou pas à l’origine (etc.), mais shut ne parlez pas trop fort, ça risquerait de déplaire aux détenteurs de la vérité vraie, les fervents du dénis absolu et sans concession qui mettent un point d’honneur à voler au-dessus des règles ; et ce résultat PCR que j’attends pour ma petite fille si courageuse hier… Nous, qui avons fait si gaffe… (C’est souvent comme ça malheureusement). Moi, qui ne voulais pas qu’elle ait à vivre ça, ce machin qu’on t’enfonce au bout du bout dans une cabine avec un mec qui ressemble à un cosmonaute triste qui tire la gueule et je le comprends. Il paraît que si elle était positive elle n’aurait pas récupéré si vite… Bezhatachem 🙏

On nous annonce qu’à la rentrée, les cours vont continuer par zoom sauf pour les plus jeunes, et qu’en fait, l’été risque de ressembler à un film d’horreur. La révolution sociale est en marche, et même si je ne suis pas là depuis longtemps, je sais que quand ça va péter, tout va péter. Et je ne sais pas duquel des 2, j’ai le plus peur, covid-19 ou Révolution ? Et en fait, j’ai juste envie de dire fuck à la Peur, celle à qui j’ai déjà consacré des années de thèse, et qui ose encore me pourrir. Je m’accroche à mon Emouna et je lui parle à lui mon Père, mon Roi, je lui parle non-stop, espérant que de ce monologue émergera sa lumière ou un signe. En tout cas, à force de lui parler, j’en arrive (c’est peut-être ça le début de la folie) à penser que si tout doit péter à tous les niveaux, c’est qu’on doit s’adapter à une nouvelle façon de vivre. C’est peut-être l’heure du retour au kibboutz version new age 2020 pour la survie de notre pays tout simplement. Le capitalisme va s’effondrer sous nos yeux. En même temps, après toutes ces élections ratées, on a compris que le système ne marchait plus. Tout ça pour dire qu’on ne pourra sans doute plus s’enfermer chez nous en attendant que ça passe. Et que bref, j’aurais tout le temps encore cette nuit d’essayer de ne pas y penser sérieusement, ou d’ouvrir mon nouveau Sweig… Histoire de bien remuer le couteau dans la plaie. 

 
Bouuuuuuh que c’est noir tout ça !!! Ou la réalité est-elle juste crue et cruelle et il faudra continuer à penser sans tabous, rire aux éclats pour le kiff du moindre kiff. Je suis en bidoud (confinement) depuis dimanche dernier déjà à attendre un test, et maintenant attendre son résultat. Je respecte ce bidoud, bizarrement, je trouve ça normal de respecter les autres. Et j’en peux plus de ces bidoud à répétition. Je suis fatiguée, et je comprends bien que ce n’est que le début. J’étais surprise que la vie reprenne son cours normal là où on l’avait laissée. Les gens se plaisaient à parler du monde d’après par fantaisie. Ils n’ont pas compris que ce n’était pas une blague, et que tant qu’on ne construira pas la logistique de ce monde d’après, le pire nous pend au nez.

Bessorot tovot quand même mes chéri(e)s d’🧡

Je vous glisse un petit extrait ici : incipit p.49-50

Il y a moins de sommeil aujourd’hui dans le monde, les nuits sont plus longues et les jours aussi. Dans chaque pays de cette Europe qui s’étend à perte de vue, dans chaque ville, chaque rue, chaque maison, chaque logis, le souffle tranquille du sommeil est raccourci et enfiévré, tel une vaste nuit d’été torride et étouffante, le temps enflammé brille dans les nuits, incandescent, et plonge les sens dans la confusion. Comme ils sont nombreux, ceux qui, d’un côté comme de l’autre, se laissent d’ordinaire doucement glisser, du soir au matin, dans la barque noire du sommeil – pavoisée de rêves colorés qui battent au vent-, mais entendant desormais, la nuit, les horloges marcher et parcourir sans cesse le monstrueux chemin qui va de la lumière à la lumière, et sentent en eux soucis et pensées ronger et manger en permanence, comme des termites, jusqu’à ce que leur cœur en soit meurtri et malade. Toute une humanité a désormais la fièvre nuit et jour, un état de veille effroyable et tout-puissant fait courir ses étincelles à travers les sens excités de millions de personneS, le destin pénètre, invisible, par les mille fenêtres et portes, effarouchant le sommeil, chassant l’oubli de chaque lit. Il y a moins de sommeil de sommeil aujourd’hui dans le monde, les nuits sont plus longues et les jours aussi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s