Kadish pour un poisson rouge

Ce matin, nous avons découvert le poisson rouge Ponyo dead. Oui on parle en anglais devant les enfants quand c’est grave. Ils ne sont pas encore OP dans cette langue.

Autant, j’ai pu gérer pendant un an le changement d’eau de Ponyo, autant là, difficile pour moi de gérer la situation. J’ai un rapport compliqué avec la mort. De l’avoir vu déjà, j’étais mal. Mon mari, ce héros, s’est débrouillé seul malgré un dégoût habilement verbalisé.


Bref, il a fallu l’annoncer aux enfants avant qu’ils ne découvrent le bocal vide.

Contre toute attente, D. s’est mis à pleurer à chaudes larmes. L’année dernière, il avait gagné Ponyo à la kermesse de l’école. Il était tout fier de me tendre le sachet en plastique à nos retrouvailles. Ah bha un poisson rouge. Bon ok, pourquoi pas. Son nom tombait sous le sens. Il ne pouvait s’appeler que Ponyo, en référence à l’un de nos films préférés éponyme de Myasaki.

Le tout petit poisson a grandi. Il a même survécu au déménagement et au chat.

Feu Ponyo

Justement, la semaine dernière, je me faisais la réflexion que ce petit être d’écailles était drôlement costaud. Oui je sais bien ce que mes amis sépharades penseraient de tout ça.

D. n’oubliait jamais de lui donner à manger. Il comptait les 2 jours de diète entre chaque repas. Il lui parlait, et en particulier, du Beit Hamikdash. Je n’ai jamais osé lui demander pourquoi.

Parler à son poisson rouge à 8 ans passe complément, mais alors du Beit Hamikdash …

Une fois, sa soeur a surpris son monologue et, est venue me lancer : quel rapport Ponyo et le Beit Hamikdash ? Et parce que j’ai appris à avoir réponse à presque tout même si c’est très approximatif (et que je dois parfois reconnaître qu’on ira vérifier), j’ai répondu sans réfléchir que le tsadik se réincarnant en poisson, D. pense sincèrement converser en direct avec le Ciel. Et vous savez quoi, c’était ça. On leur explique souvent pourquoi on mange aussi du poisson à Chabat. Et je suppose que dans son école hahedi, il a dû en entendre parler. Du coup, je dois avouer que l’idée qu’il ait pu rejoindre les eaux éternelles par la voie express de la salle de bain m’a tracassée.

Heureusement D. n’en a rien su, et n’a d’ailleurs posé aucune question quant à la localisation du corps inerte, lui qui pose 250 questions à la seconde sans jamais m’offrir une pause pour apprécier le silence d’Orrrrr.

Toujours est-il que D. était effondré ce matin. Cause du décès, inconnue. En tout cas, c’est pas Cosmo (le chaton) qui l’a mangé, c’est déjà ça.

D. a regretté de ne pas pouvoir aller à la synagogue pour faire kadish avec son père.

On a donc dû allumer une bougie et lire des tehilims. Ensuite, nous avons dû renoncer aux cours par téléphone et sortir se balader pour évacuer la tristesse. Il m’a demandé, si prochainement, il pourrait adopter un poisson dragon qu’il nommerait Croquemou. Oui, attendons un peu, et lorsque tu te sentiras prêt, je t’emmènerai mon fils.

La situation, bien que parfaitement risible, revêt, dès lors qu’elle est vécue par un enfant sincère dans sa croyance, un caractère noble. Il a réussi à me communiquer sa tristesse et prendre le temps de prier pour une âme, quelle qu’elle soit finalement, montée parmi les anges.

Layla Tov ❤️

PS : heureusement que ces deux-là sont là 💛🖤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s