Flou artistique ?

Quand la photographie tutoie la peinture ?

Un rideau de pluie intense et épais. Ni l’oeil, ni l’objectif ne parvient plus à percevoir le contour net des formes. Les couleurs apparaissent contrastées et saturées. De concert, l’obscurité et l’élément liquide révèlent l’éclat de chaque tonalité qui se fond dans le décor, se dilue presque sur l’image. La banalité revêt dès lors un caractère singulier, celui d’une réalité déguisée en mirage.

Cet instant là, je crus me trouver dans une dimension parallèle, une peinture vivante. Quelques secondes à peine avant que la pluie battante ne s’intenfie en averse brutale, et que je ne puisse plus voir à un mètre devant moi. Le péron d’un immeuble nous servit de refuge.


Un vieux et charmant couple du rez-de-chaussée sortit pour admirer le spectacle inouï de la puissance de la nature nous offrant une conversation dans un français parfait. Une rencontre de la pluie dans un décor familier métamorphosé par les eaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s