17 Tamouz

Psaume 147

Louez le Seigneur, car Il est bon ; qu’on célèbre notre D., car il est aimable : à lui conviennent les louanges.
l’Éternel rebâtira Jérusalem, Il y rassemblera les débris dispersés d’Israël.
C’est Lui qui guérit les coeurs brisés et panse leurs douloureuses blessures.
Il détermine le nombre des étoiles, à elles toutes Il attribué des noms.
Grand est notre Maître et tout-puissant, sa sagesse est sans limites.
l’Éternel soutient les humbles, Il abaisse jusqu’à terre les méchants.
Entonnez des actions de grâce en l’honneur de l’Éternel.
Célébrez notre D. Au son de la harpe.
C’est lui qui couvre le ciel des nuages, prépare la pluie pour la terre, fait pousser l’herbe sur les montagnes.
Il donne leur pâture aux bêtes, aux petits des corbeaux qui la réclament.
Il ne prend point plaisir à la vigueur du coursier, Il ne tient pas à l’agilité de l’homme ; ce qu’Il aime l’Éternel, ce sont des adorateurs, ceux qui ont foi en sa bonté.
Célèbre, ô Jérusalem, l’Éternel, glorifie ton D., Ô Sion !
Car il a consolidé les barres de tes portes, Il a béni tes fils dans ton enceinte.
C’est lui qui a fait régner la paix sur ton sol, qui te rassasie de la moelle du froment.
Il envoie ses ordres sur la terre, sa parole vole avec une extrême rapidité.
Il répand la neige comme des flocons de laine, sème le givre comme de la cendre.
Il lance des glaçons par morceaux : qui peut tenir devant ses frimas ?
Il émet un ordre, et le dégel s’opère ; Il fait souffler le vent: les eaux reprennent leurs cours.
Il a révélé ses paroles à Jacob, ses statuts et ses lois de justice à Israël.
Il n’a fait cela pour aucun autre peuple ; aussi ses lois leur demeurent-elles inconnues. Alléluia !



En ce jour de deuil et de jeûne du 17 Tamouz (qui marque notamment le début de la destruction du 2e Temple), on pleure sur cette vie de proximité avec Hachem que l’on a perdue et que l’on espère retrouver grâce à l’avènement de Mashia’h.
Nous n’écoutons pas de musique (désolée d’ailleurs pour le post Instagram de ce matin en musique, je crois avoir fait un déni tant cette période m’angoisse).

Je vous propose une série de Psaumes que je lis pendant les Bneï Hametsarim (3 semaines jusqu’à Ticha Beav), cette période qui cumule tant de catastrophes dans l’histoire de notre peuple.

Et comme nous savons que chaque date hébraïque est toujours propice à l’arrivée des évènements qu’elle célèbre ou pour lesquels elle s’endeuille, nous faisons profil bas et évitons d’aller nager en eaux profondes, prendre l’avion, entreprendre (tout du moins) des choses qui pourraient être dangereuses.

C’est aussi l’occasion d’effectuer une nouvelle introspection individuelle et collective. Ce n’est qu’à la fin de ce cycle qui a forcé notre humilité que l’on accède à la possibilité de faire une véritable Téchouva en Eloul, nous offrant l’occasion de nous repantir et d’avancer vers Hachem qui descend spécialement pour nous accueillir et célébrer ensemble son couronnement et le dhin (jugement) les א et ב Tichri lors de Roch Hashana.

Voici donc une liste de Psaumes que j’ai arbitrairement composée pour cette période si spéciale : 1- 4- 10- 18- 38- 44 – 83 – 120 – 121 – 122- 146 – 147 – 148 pour finir avec le Hodou par le 136. Bon fin de jeûne à tous et que notre peuple puisse se voir délivrer de ses ennemis et de ses travers pour accueillir Mashia’h et le 3e Temple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s